16 minutes
CoverAvant-proposNoms et pronomsLes nomsLes pronoms personnelsLes pronoms démonstratifsLes pronoms relatifsLes pronoms indéfinisModificateursLes déterminantsLes quantifieursLes adjectifsLes adverbesLe comparatif et le superlatifLes prépositionsVerbesLes verbesLes verbes réfléchisL'indicatifLe présentLe passé composéL'imparfaitLe plus-que-parfaitLe futurLe conditionnelLe subjonctifL'impératifLes participesL'infinitifLes temps littérairesTransformationsLes conjonctionsLa négationL'interrogationLe discours rapporté

Les verbes

Nuage de verbes
wordclouds.com

Objectifs

Observez et déduisez

Qu'est-ce que vous remarquez par rapport aux parties soulignées du texte suivant ?


En ramenant Julien en prison, on l’avait introduit dans une chambre destinée aux condamnés à mort. Lui qui, d’ordinaire, remarquait jusqu’aux plus petites circonstances, ne s’était point aperçu qu’on ne le faisait pas remonter à son donjon....

En se mettant au lit il trouva des draps d’une toile grossière. Ses yeux se dessillèrent. Ah ! je suis au cachot, se dit-il, comme condamné à mort. C’est juste.

Le comte Altamira me racontait que, la veille de sa mort, Danton disait avec sa grosse voix : C’est singulier, le verbe guillotiner ne peut pas se conjuguer dans tous ses temps ; on peut bien dire : Je serai guillotiné, tu seras guillotiné, mais on ne dit pas : J’ai été guillotiné.

Pourquoi pas, reprit Julien, s’il y a une autre vie ?

Le Rouge et le Noir, Stendhal (domaine public)


Considérez ces questions :

  • Quels mots soulignés évoquent une action ou un état passé ? présent ? futur ?
  • Quelle est la fonction du pronom il devant le verbe trouva ? Comment est-ce que cela diffère de la fonction de je/tu devant les verbes serai/seras/ai été guillotiné ? Comparez avec la fonction de l'expression le verbe guillotiner devant le verbe se conjuguer.
  • Quelle sorte d'expression suit le verbe trouva, et quelle est sa fonction ? Quelle sorte d'expression suit les verbes ne s'était point aperçu et racontait ? Quelle sortes d'expressions suivent le verbe être (suis, est) ?
  • Dans l'expression on ne le faisait pas remonter à son donjon, quelle est la relation entre le mot le et le verbe faisait ? Quelle est la relation entre ce même mot et le verbe remonter ?

Introduction

Le langage est divisé en énoncés — des séquences de mots séparées (à l’oral) par une pause ou (à l’écrit) par un point (d’interrogation, d’exclamation…). Un énoncé accomplit une acte de langage. C’est-à-dire qu’on produit un énoncé pour faire quelque chose — pour déclarer, pour interroger, pour remercier, pour féliciter, pour saluer, etc. On peut accomplir certains actes de langage en très peu de mots : par exemple, on peut remercier en disant simplement « Merci ». Mais pour la plupart des actes de langage, on doit utiliser une phrase.

Une phrase évoque une situation. Le verbe est l’élément de la phrase qui indique le type de situation (qui peut être une action comme parler, un état comme être, une relation comme avoir…). D’autres éléments de la phrase font référence à des participants dans la situation. Le sujet est le participant principal (souvent celui qui fait l’action). S’il y a d’autres participants dans la situation, elles sont évoquées par des compléments au verbe. La phrase peut aussi comporter d’autres éléments qui décrivent des aspects de la situation comme le lieu, le temps, ou la manière.

Les parties principales de la phrase
Les parties principales de la phrase

Dans la phrase La journaliste prend quelques photos, le verbe indique le type de situation (une situation où on prend quelque chose), et le sujet et le complément font référence aux participants (la journaliste et les photos). La valence d’un verbe détermine le type de complément(s) qu’il prend et le type de sujet qu’il peut avoir.

Mais ce verbe (prend) fournit d’autres informations en plus du type de situation. Le verbe est conjugué — c’est-à-dire que sa forme reflète les informations suivantes :

On peut toujours reconnaître un verbe par sa capacité d’être conjugué — de changer sa forme pour refléter ces informations. Dans certaines situations, la conjugaison peut refléter d’autres informations comme le genre (si le sujet est masculin ou féminin) et l’aspect (comment la situation se déroule au fil du temps).

Valence

La valence d’un verbe détermine le nombre de participants (le sujet et le(s) complément(s)) et leurs fonctions dans la situation évoquée par le verbe. Chaque verbe a une valence différente, mais on peut regrouper les verbes en plusieurs catégories selon les caractéristiques de leur valence.

les verbes transitifs

Les verbes transitifs ont un complément direct, c’est-à-dire un complément qui n’est pas marqué par une préposition. Le complément direct est parfois appelé objet direct.

Hubert écrit un poème, l’air inspiré.

les verbes intransitifs

Les verbes intransitifs n’ont pas de complément direct.

De toute façon, quand je rêve, je ronfle.

Néanmoins, beaucoup de verbes intransitifs prennent un complément oblique, parfois appelé complément indirect ou objet indirect. La différence entre un complément direct et un complément oblique est qu’un complément oblique doit être marqué par une préposition. Le choix de ce marqueur (typiquement à, mais parfois de, en, pour, etc.) dépend de la valence du verbe individuel (voir Prépositions).

Vous allez répondre à toutes les questions ?

Je ne sais même pas si ma mère s’aperçoit de ma présence.

Plusieurs verbes (acheter, expliquer, apporter, montrer, apprendre, offrir, demander, prêter, donner, promettre, écrire, rendre, emprunter, servir, envoyer, vendre, etc.) prennent un complément direct et un complément oblique.

J’peux donner mon corps à la science.

Beaucoup de verbes peuvent être transitifs ou intransitifs selon la phrase. Comparez le verbe parler dans ces trois phrases :

Transitif : Je parle anglais, mais pas très bien.

Intransitif: Lorsqu’elle parle, on a beaucoup de mal à la comprendre.

Intransitif avec complément oblique : Elle parle à Ludo.
🛈 Information : Attention au fait qu’un verbe qui est transitif en français pourrait être traduit en anglais par un verbe intransitif, et vice versa. Par exemple :

Talleyrand regarde (‘looks at’) Charlotte.
Elle devait rendre visite à (‘visit’) un ami malade.
Face à cette situation, nous demandons (‘are asking for’) deux choses.
Je ne vais pas pardonner à (‘forgive’) ces gens.

Attention à ces verbes : attendre (‘wait for’), chercher (‘look for’), écouter (‘listen to’), obéir à (‘obey’), pardonner à (‘forgive’), renoncer à (‘give up, renounce’), répondre à (‘answer’), résister à (‘resist’), ressembler à (‘resemble’), téléphoner à (‘call’)

les verbes attributifs

Les verbes attributifs (aussi appelés copules) sont des verbes avec un complément spécial — l’attribut du sujet. L’attribut du sujet n’est pas un participant dans la situation, mais un modificateur du sujet. L’attribut du sujet peut être un adjectif ou un autre mot (ou groupe de mots) qui décrit le sujet. Les verbes qui peuvent avoir un attribut du sujet incluent être, sembler, paraître, et devenir.

Elle est tout le temps sur son portable.

La méthode semble efficace.

D’autres verbes prennent un complément direct et un attribut du complément qui le modifie.

Je trouve cela très intéressant.

Ils se sont enfin décidés à rendre le café payant.

les verbes impersonnels

Certains verbes n’ont pas de sujet dans leur valence. Ils ont donc comme sujet un pronom sans antécédent (typiquement il). Ce sujet impersonnel satisfait à la nécessité grammaticale d’avoir un sujet pour le verbe sans faire référence à un sujet réel.

Beaucoup de ces verbes ont un sens météorologique (pleuvoir, neiger, faire chaud/beau/froid, faire du brouillard/vent/soleil etc.).

Attention, il pleut un peu partout.

Le verbe falloir n’existe qu’à la forme impersonnelle et exprime la nécessité ou l’obligation. Falloir peut prendre comme complément direct un infinitif, un nom, ou une phrase subordonnée introduite par que ; notez que le verbe dans la phrase subordonnée requiert le mode subjonctif. Falloir peut aussi prendre un complément oblique indiquant pour qui quelque chose est nécessaire.

Il faut que je te dise quelque chose. [falloir que + subordonnée]

Il faut une sanction rapide et systématique. [falloir + nom]

Il faut agir dès à présent. [falloir + infinitif]

Il nous faut choisir une autre stratégie. [complément oblique + falloir + infinitif]

Le sujet impersonnel il est aussi utilisé dans les construction suivantes :

Il est difficile de comprendre ce qui se passe ici.
Dans le colis il y avait un mot.
Le réveil sonne, il est neuf heures du matin.
Il ne s’agit pas de le changer, il s’agit de le sauver.
Des fois il vaut mieux ne pas savoir.
🌍 Variation : Certaines expressions informelles utilisent ça comme sujet impersonnel au lieu de il : ça va, ça marche, ça caille, etc.

alternances de valence

La plupart des verbes peuvent entrer dans des constructions spéciales qui changent leur valence.

La construction passive met le complément direct en position du sujet. Le sujet peut être omis ou peut venir après le verbe marqué par la préposition par. Le verbe prend la forme du participe passé et est précédé par le verbe être.

Construction active : Les chanteurs craignent le froid et l’humidité.

Construction passive : Le froid et l’humidité sont craints par les chanteurs.

Notez que le participe passé s’accorde toujours en nombre et en genre avec le sujet.

Il faut que les oeufs soient battus et que la crème soit battue.
🌍 Variation : Un certain nombre de verbes peuvent utiliser la préposition de au lieu de par pour marquer le sujet dans la construction passive :
- Le spectacle sera suivi par un goûter.
- Ce court-métrage sera suivi de quatre autres.
La préposition de est plus naturel pour certains verbes comme constituer, mais pour la plupart de ces verbes les deux prépositions sont acceptables. Voici une liste de verbes fréquents qui acceptent de comme marqueur du sujet dans la construction passive : accompagner, aider, composer, constituer, entourer, précéder, suivre, rejeter, aimer, apprécier, connaître, respecter).

La construction médiopassive met aussi le complément direct en position du sujet. Le verbe devient réfléchi et, en contraste avec la construction passive, il n’est pas possible d’inclure le sujet. La construction médiopassive signifie souvent la possibilité (ça se fait = ça peut se faire) ou l’habitude (ça se fait = on a l’habitude de faire ça).

Construction active : On vend les livres pourtant de moins en moins.

Construction médiopassive : Les livres se vendent pourtant de moins en moins.

Seuls les verbes transitifs peuvent entrer dans les constructions passive et médiopassive. La construction impersonnelle a un sens similaire à ces deux autres mais pour les verbes intransitifs. Le sujet se met après le verbe, remplacé par le sujet impersonnel il. Le verbe ne change pas.

Construction active : Le temps de chanter est venu.

Construction impersonnelle : Il est venu le temps de chanter.

Conjugaison

La forme d’un verbe change pour situer l’action (en mode, en temps, et en aspect) et pour s’accorder avec le sujet (en personne et en nombre). Le participe passé du verbe peut aussi s’accorder avec un sujet ou avec un complément direct en genre et en nombre.

La conjugaison d’un verbe est régulière si sa terminaison varie selon un schéma et son radical (la partie du verbe qui reste si on enlève la terminaison) ne change pas.

Les verbes réguliers du français se répartissent en trois classes basées sur les deux dernières lettres du verbe. Chaque classe a un modèle particulier de conjugaison.

mode

Le mode d’un verbe indique sa relation avec la réalité. Il existe six modes en français : l’indicatif, le subjonctif, le conditionnel, l’impératif, l’infinitif, et le participe. La conjugaison selon un temps est indépendant du mode, et chaque mode peut être conjugué à des temps différents.

L’indicatif indique qu’une situation existe dans la réalité.

Je prends ce médicament depuis déjà un mois.

L’indicatif est utilisé par défaut. Si un contexte ne requiert pas un autre mode, on utilise l’indicatif. C’est pourquoi on voit l’indicatif même dans des phrases qui parlent de situations irréelles (imaginaires, supposées) ou qui posent des questions.

L’unicorne ne se laisse prendre que par une pucelle.

Ah oui, c’est l’employeur qui va payer ?

Le subjonctif indique qu’une situation existe dans l’attitude du locuteur — par exemple, que le locuteur veut la situation, doute de la situation, éprouve un sentiment envers la situation, voit la situation comme nécessaire, etc. Le subjonctif est typiquement utilisé dans une phrase qui est subordonnée à une phrase principale qui décrit cette attitude.

Il faut qu’il prenne son médicament .

Le conditionnel indique qu’une situation dépend de la réalisation d’une condition.

Si je pouvais je prendrais un médicament pour dormir et ne me réveiller qu’après les fêtes.

L’impératif est utilisé pour donner des ordres ou des interdictions directs.

Prenez des médicaments …normaux, quoi.

L’infinitif est une forme invariable qui évoque une situation sans la situer dans le temps ni par rapport à la réalité. L’infinitif partage certaines caractéristiques avec les noms, car il peut être le sujet ou le complément d’un verbe conjugué.

Les personnes âgées aiment bien prendre des médicaments .

Le participe se manifeste en deux formes : le participe présent et le participe passé. Le participe partage certaines caractéristiques avec les adjectifs, car il est souvent capable de modifier les noms.

En prenant 4 comprimés par jour j’ai perdu 3,4 kilos en 3 semaines. (participe présent)

Ces médicaments sont normalement pris une fois toutes les 24 heures. (participe passé)

temps

Le temps désigne le moment où se produit l’action du verbe : passé, présent, futur. Le cadre temporel d’une action est généralement établi en se référant au moment présent ; par exemple, le passé composé et le futur sont respectivement passé et futur par rapport au présent.

Cependant, certains temps établissent leur cadre temporel en se référant à un point de référence dans le passé ou dans le futur. Par exemple, le plus-que-parfait indique une action passée qui s’est produite avant la fin d’une autre action passée. Le futur antérieur indique une action future qui aura eu lieu avant une autre action future. Les actions qui se produisent avant un point de référence passé ou futur sont décrites comme étant antérieures.

La forme d’une conjugaison peut être un temps simple, en un mot (par ex. l'imparfait, le futur simple), ou un temps composé, avec un auxiliaire et le participe passé (par ex. le passé composé, le futur antérieur). Il y a aussi le futur périphrastique, qui est un temps composé du verbe aller et l’infinitif.

Voici toutes les conjugaisons verbales (sauf l’infinitif et les participes) catégorisées par temps :

passé

présent

futur

aspect

L’aspect concerne comment une situation se déroule au fil du temps, qu’elle soit au passé, présent, ou futur. Les aspects qui affectent la forme des verbes sont le perfectif et l’imperfectif.

Une situation à l’aspect perfectif est présentée dans sa totalité. L’aspect est perfectif si la situation a un début et une fin.

Une situation à l’aspect imperfectif est présentée comme ayant une complexité interne. L’aspect est imperfectif si la situation est continue, répétée, ou habituelle.

Au présent et au futur, l’aspect peut être indiqué par le contexte mais n’est pas indiqué par la forme du verbe. Au passé, par contre, des conjugaisons différentes sont associées à ces deux aspects. Si une situation au passé est présentée comme perfective, le verbe sera normalement conjugué au passé composé (ou au passé simple/passé du subjonctif). Si une situation au passé est présentée comme imperfective, le verbe sera normalement conjugué à l’imparfait. Aux temps antérieurs comme le plus-que-parfait, l’aspect est perfectif par définition.

Considérez les verbes à l’imparfait dans l’exemple suivant. Les actions décrites par pleuvait et brillaient n’ont ni un début ni une fin, mais sont continues.

Il ne pleuvait plus, mais les routes humides brillaient de manière sinistre sous les lampadaires.

Comparez cela avec les verbes au passé composé dans l’exemple suivant. Ils décrivent une série d’actions, chacune terminée avant que la prochaine commence.

Ils sont arrivés vers 23h. J’ai attendu une demi-heure et je suis entré.

Observations sur quelques verbes

avoir et faire

De nombreuses expressions avec le verbe avoir ont un équivalent en anglais avec le verbe ‘be’ :

Notez ces autres expressions avec avoir :

De nombreuses expressions avec le verbe faire ont un équivalent en anglais avec le verbe ‘go’ :

Notez ces autres expressions avec faire :

Le verbe faire est utilisé dans la construction causative :

Le sujet de cette construction est la cause d’une action. Deux compléments sont possibles : l’entité qui accomplit l’action, et l’entité qui reçoit l’action. Si seulement un de ces compléments est inclus, c’est le complément direct. Si les deux sont inclus, l’entité qui reçoit l’action est le complément direct, et l’entité qui accomplit l’action est le complément indirect.

Il n’est pas question de faire payer les familles. (familles = accomplit l’action)

On a besoin de faire connaître cette histoire. (histoire = reçoit l’action)

On fait traverser le fleuve à une vingtaine de soldats. (fleuve = reçoit l’action, soldats = accomplit l’action)

Si les compléments sont des pronoms, ils sont mis devant faire :

Je crois que tu caches d’autres propos mais je vais te les faire avouer. (te = accomplit l’action, les = reçoit l’action)

La forme réfléchie de faire peut être utilisée dans la construction causative pour indiquer qu’une personne a causé une action pour son propre bénéfice.

Il s’est fait faire un faux tatouage.

Cette construction est parfois utilisée pour décrire des actions qui se produisent par inadvertance.

Ma grand-mère s’est fait plaquer.

Notez que le participe passé fait est toujours invariable dans la construction causative.

savoir et connaitre

Savoir et connaitre se traduisent tous les deux par ‘to know’ en anglais, mais ils diffèrent par leur valence. Le complément de savoir peut être un infinitif, une proposition subordonnée, une interrogation indirecte, ou un nom (mais pas un animé, un endroit, ou un objet concret).

Vous savez faire du café… ?

On savait que ça allait bien se passer.

Les policiers de Nantes croient savoir où il se trouve.

Mais je serai impatient de savoir le score.

Le complément de connaitre ne peut être qu’un nom, mais peut être un animé, un endroit, ou un objet concret.

Je connais tout le monde dans le quartier.

Je connais la ville comme ma poche.

Je connais cette bourse.

Malgré ces différences, savoir et connaitre peuvent parfois prendre le même complément. Dans ce cas, il est possible de voir la différence de sens entre les deux verbes. Savoir évoque le fait d’avoir en tête des informations ou des faits. Connaitre évoque le souvenir ou l’expérience. Comparez ces deux phrases :

Je sais les sentiments que vous portez à Dona Isabel. (quels sentiments)

Et je te fais la promesse que jamais je ne te laisserai connaître un sentiment de solitude ou d’isolement. (avoir l’expérience de ces sentiments)

porter et mener

Ne confondez pas porter ‘to wear, to carry’ et mener ‘to lead’.

Tu es la première à porter ces chaussures.

Elle porte une enveloppe sous le bras.

Cette enquête est menée par des policiers.

Laisse-toi conduire par le cheval, il te mènera directement au château.

Les verbes apporter ‘to bring’ et emporter ‘to take’ prennent une chose comme complément. Apporter souligne la destination, alors qu’emporter souligne le départ ou le trajet.

Edith prend la lettre et le crayon et les apporte à Judith pour signer.

Pas un instant il n’avait songé à emporter une arme avec lui.

Les verbes amener ‘to bring’ et emmener ‘to take’ prennent normalement une personne comme complément. Amener souligne la destination, alors qu’emmener souligne le départ ou le trajet.

Jeudi dernier, deux blessés sont amenés au centre hospitalier de Pau.

J’ai promis à ma fille de l’emmener skier.

partir, sortir, quitter, et laisser

Partir est intransitif, alors que quitter est transitif.

Le vol de Mexico partait en retard.

Il a quitté le pays très jeune.

Ne confondez pas partir ‘to leave’ et sortir ‘to go out, exit’. Ne confondez pas quitter ‘leave [someone or someplace]’ et laisser ‘leave behind [someone or something]’.

Je n’ai pas envie de sortir ce soir.

Il faut laisser les papiers et le numéro du vétérinaire.

Sortir peut prendre un complément direct (si on retire quelque chose d’un sac, par exemple).

Il sort son portable de sa poche et le consulte.

Vérifiez votre compréhension

End-of-Chapter Survey

: How would you rate the overall quality of this chapter?
  1. Very Low Quality
  2. Low Quality
  3. Moderate Quality
  4. High Quality
  5. Very High Quality
Comments will be automatically submitted when you navigate away from the page.
Like this? Endorse it!