6 minutes
CoverAvant-proposNoms et pronomsLes nomsLes pronoms personnelsLes pronoms démonstratifsLes pronoms relatifsLes pronoms indéfinisModificateursLes déterminantsLes quantifieursLes adjectifsLes adverbesLe comparatif et le superlatifLes prépositionsVerbesLes verbesLes verbes réfléchisL'indicatifLe présentLe passé composéL'imparfaitLe plus-que-parfaitLe futurLe conditionnelLe subjonctifL'impératifLes participesL'infinitifLes temps littérairesTransformationsLes conjonctionsLa négationL'interrogationLe discours rapporté

L'imparfait

Nuage de verbes à l'imparfait
wordclouds.com

Objectifs

Observez et déduisez

Qu'est-ce que vous remarquez par rapport aux parties soulignées du texte suivant ?


Catherine...entrebâilla la porte d’entrée et jeta un coup d’œil dehors. Le vent soufflait toujours, des clartés plus nombreuses couraient sur les façades basses du coron, d’où montait une vague trépidation de réveil. Déjà des portes se refermaient, des files noires d’ouvriers s’éloignaient dans la nuit. Était-elle bête, de se refroidir, puisque le chargeur à l’accrochage dormait bien sûr, en attendant d’aller prendre son service, à six heures ! Et elle restait, elle regardait la maison, de l’autre côté des jardins. La porte s’ouvrit, sa curiosité s’alluma. Mais ce ne pouvait être que la petite des Pierron, Lydie, qui partait pour la fosse.

Un bruit sifflant de vapeur la fit se tourner. Elle ferma, se hâta de courir : l’eau bouillait et se répandait, éteignant le feu. Il ne restait plus de café, elle dut se contenter de passer l’eau sur le marc de la veille ; puis, elle sucra dans la cafetière, avec de la cassonade. Justement, son père et ses deux frères descendaient.

Germinal, Émile Zola (domaine public)


Considérez ces questions :

  • Quelle est la terminaison de la troisième personne du singulier de ces verbes ? du pluriel ?
  • Dans la description de la scène dehors, quelle est la différence entre les situations à l'imparfait (le vent soufflait, des portes se refermaient...) et les situations au passé simple (la porte s'ouvrit, sa curiosité s'alluma) ?
  • Dans le deuxième paragraphe, qu'est-ce que Catherine a vu en entrant dans la cuisine ? Qu'est-ce qu'elle a fait alors ?

Introduction

L’imparfait, l’un des temps passés en français, est généralement utilisé pour décrire des états et des actions habituelles dans le passé. L’imparfait peut être traduit en anglais d’au moins quatre manières différentes selon le contexte.

On chantait la Marseillaise.
- We sang the Marseillaise
- We were singing the Marseillaise
- We would sing the Marseillaise
- We used to sing the Marseillaise

Ce temps s’appelle l’imparfait car il indique le plus souvent un aspect imperfectif (voir Verbes). Cela veut dire qu’il présente une situation au passé comme ayant une complexité interne ou sans début ou fin précis. Des exemples de contextes où on voit l’imparfait incluent :

Ils étaient au deuxième niveau, il était vingt heures. Trois hommes se trouvaient dans la pièce.
Maman et papa se disputaient souvent à ce sujet.
Elle s’appelait Laure, elle avait entre 16 et 18 ans.

Forme

Le radical de l’imparfait est la première personne du pluriel (nous) du présent, moins le -ons. Le radical de l’imparfait est régulier pour tous les verbes sauf être :

verbe forme nous au présent radical de l’imparfait
verbes -er : parler nous parlons parl-
verbes -ir : finir nous finissons finiss-
verbes -re : rendre nous rendons rend-
faire nous faisons fais-
prendre nous prenons pren-
partir nous partons part-
commencer nous commençons commenç-
Exception : être nous sommes ét-

Les terminaison ajoutées au radical sont -ais, -ais, -ait, -ions, -iez et -aient. Notez que -ais, -ais, -ait et -aient se prononcent tous de la même manière.

danser  
je dansais nous dansions
tu dansais vous dansiez
il/elle/on dansait ils/elles dansaient
🌍 Variation : Les terminaisons -ais, -ais, -ait et -aient sont toutes prononcées de la même manière, mais cette prononciation peut varier selon le locuteur. Au Canada, on a tendance à les prononcer avec la voyelle [ɛ] (comme dans le mot tête). L’imparfait est ainsi distingué de l’infinitif et du participe passé : parlais [paʁlɛ], parler/parlé [paʁle]. Mais pour beaucoup de locuteurs en Europe et en Afrique, surtout dans le Sud de la France et en Algérie, la tendance est de prononcer ces terminaisons avec la voyelle [e] (comme dans le mot thé). Dans ce cas, il n’y a aucune différence de prononciation entre parlais, parler, et parlé [paʁle].
🛈 Information : Si le radical d’un verbe se termine par i, les formes de l’imparfait aux premières et deuxièmes personnes du pluriel auront deux i : nous étudiions, vous criiez. C’est possible dans ce cas de prononcer ces verbes avec une voyelle [i] allongée. Mais la plupart du temps, les locuteurs ne font aucune différence de prononciation entre un verbe à l’imparfait comme criiez et un verbe au présent comme criez.

Emplois

La fonction principale de l’imparfait est d’indiquer l’aspect imperfectif, comme décrit dans l’introduction. Cet emploi met l’imparfait en contraste avec le passé composé.

Ce contraste est le plus visible dans la narration au passé, lorsque les deux temps se produisent souvent dans la même histoire. Raconter une histoire consiste à la fois à décrire un cadre (actions habituelles, atmosphère, lieux et personnes) et à raconter une intrigue ou une série d’événements, d’actions, de changements de sentiments ou de pensées. En général, toutes les histoires ont une intrigue bien définie des événements, le premier plan, et un arrière-plan de détails et de descriptions à l’appui.

imparfait (arrière-plan) passé composé (évènement)
Un couple qui promenait son chien sur sa propriété … a trouvé un trésor en pièces d’or.

Les adverbes suivants sont généralement associés à chacun des temps passés :

adverbes associés à l’imparfait adverbes associés au passé composé
tous les jours, tous les matins … un jour, un matin, un soir …
chaque jour, chaque matin, chaque mois … soudain, brusquement, brutalement …
en général, généralement, d’habitude . . . tout d’un coup, tout à coup…
autrefois, à l’époque … tout de suite, immédiatement …
toujours, souvent … d’abord, enfin …
rarement … puis, ensuite …

Généralement, lorsque des verbes comme être, avoir, pouvoir, vouloir et savoir sont dans une narration au passé, ils seront à l’imparfait, car ils décrivent très probablement un état ou une condition passé. Cependant, lorsque ces verbes (et d’autres verbes similaires) apparaissent au passé composé, c’est typiquement parce qu’ils indiquent un changement d’état ou un changement de condition. Comparez ces exemples :

Quand j’avais quatre ans, moi et mon cousin on faisait des bêtises.

Quand nous avons eu 21 ans, nous avons déménagé.

Le passé composé est aussi généralement utilisé pour des activités qui ont duré un certain temps précis, avec un début et une fin défini. En revanche, l’imparfait est utilisé pour des durées indéfinies. Regardez ces exemples :

De 1997 à 2002, elle a été députée d’Eure-et-Loir.

Pendant 36 ans, j’ai été dans l’armée.
Avant, elle était étudiante en histoire de l’art.

Quand j’étais enfant, le quartier était un village, tout le monde se connaissait et se disait bonjour.

Mais en fin de compte, c’est l’ensemble du contexte qui détermine lequel de ces deux temps passés utiliser et non un adverbe donné. Par exemple, dans les phrases ci-dessous, la même expression adverbiale, un jour, est utilisée avec l’imparfait ou le passé composé selon le contexte.

Un jour, mon père était dans la cuisine en train de faire la vaisselle.

Un jour, elle est tombée gravement malade.

L’imparfait est aussi utilisé pour suggérer une action dans des phrases commençant par si. Cette construction a un sens comme ‘How about…’ ou ‘What if…’.

Si tu allais nous chercher quelque chose à manger ?

Et si on faisait une pause ?

Cette même construction peut aussi avoir le sens d’un souhait (‘If only…’). Cette structure peut ou non contenir l’adverbe seulement.

Si on voulait faire des efforts dans les écoles !

Si seulement je pouvais aller à Rome !

Notez que le point d’interrogation à la fin de la phrase indique une suggestion, et le point d’exclamation un souhait. En français parlé, cependant, il faut se fier au contexte et à l’intonation pour faire la distinction entre le souhait et la suggestion.

Il est possible de mettre le futur périphrastique (aller + infinitif) et le passé immédiat (venir de + infinitif) au passé en utilisant l’imparfait.

C’est en 2006 que vous avez fait la connaissance de celui qui allait devenir votre mari.

L’homme qui est tombé sous le tir d’un policier venait de commettre un braquage.

Vérifiez votre compréhension

End-of-Chapter Survey

: How would you rate the overall quality of this chapter?
  1. Very Low Quality
  2. Low Quality
  3. Moderate Quality
  4. High Quality
  5. Very High Quality
Comments will be automatically submitted when you navigate away from the page.
Like this? Endorse it!