14 minutes
CoverAvant-proposNoms et pronomsLes nomsLes pronoms personnelsLes pronoms démonstratifsLes pronoms relatifsLes pronoms indéfinisModificateursLes déterminantsLes quantifieursLes adjectifsLes adverbesLe comparatif et le superlatifLes prépositionsVerbesLes verbesLes verbes réfléchisL'indicatifLe présentLe passé composéL'imparfaitLe plus-que-parfaitLe futurLe conditionnelLe subjonctifL'impératifLes participesL'infinitifLes temps littérairesTransformationsLes conjonctionsLa négationL'interrogationLe discours rapporté

Les déterminants

Nuage de déterminants
wordclouds.com

Objectifs

Observez et déduisez

Qu'est-ce que vous remarquez par rapport aux parties soulignées du texte suivant ?


Reçu la réponse de ma tante Philomène, avec deux billets de cent francs, — juste ce qu’il faut pour le plus pressé. L’argent file entre mes doigts comme du sable, c’est effrayant.

Il faut avouer que je suis d’une sottise ! Ainsi, par exemple, l’épicier d’Heuchin, M. Pamyre, qui est un brave homme (deux de ses fils sont prêtres), m’a tout de suite reçu avec beaucoup d’amitié. C’est d’ailleurs le fournisseur attitré de mes confrères. Il ne manquait jamais de m’offrir, dans son arrière-boutique, du vin de quinquina et des gâteaux secs. Nous bavardions un bon moment.... Bref, en prenant ma commande, il m’a dit un jour, gentiment : « J’ajoute trois bouteilles de quinquina, ça vous donnera des couleurs. » J’ai cru bêtement qu’il me les offrait.

Mon confrère de Verchin, qui n’est pas toujours des plus discrets, a cru devoir faire sous forme de plaisanterie, allusion, devant M. Pamyre, à ce petit malentendu. M. Pamyre en était sincèrement affecté. « Que M. le curé, a-t-il dit, vienne autant de fois qu’il lui plaira, nous aurons du plaisir à trinquer ensemble. Nous n’en sommes pas à une bouteille près, grâce à Dieu ! Mais les affaires sont les affaires, je ne puis donner ma marchandise pour rien. »

Journal d'un curé de campagne, Georges Bernanos (domaine public)


Considérez ces questions :

  • Parmi les mots soulignés, trouvez des exemples qui indiquent que le nom qui suit a les propriétés suivantes :
    • il est identifiable (spécifique)
    • il n'est pas identifiable (non-spécifique)
    • il fait référence à une catégorie générale de choses
    • il appartient à quelqu'un
    • c'est un nom massif
    • c'est un nom comptable
  • Quels noms ne sont pas précédés d'un mot souligné ? Pourquoi ?
  • Quels mots soulignés observez-vous avec un nom masculin et singulier ? féminin ? pluriel ? Pourquoi est-ce que le mot féminin arrière-boutique est précédé du mot masculin son ?

Introduction

Un déterminant est un mot qui détermine ou qualifie le sens d’un nom en exprimant des concepts tels que la quantité et le caractère défini. Il n’y a jamais plus d’un déterminant par nom et il est toujours placé avant le nom. Les déterminants s’accordent typiquement en genre et en nombre avec les noms qu’ils modifient.

Les déterminants peuvent être définis ou indéfinis. Un déterminant défini exprime que le nom qu’il modifie est identifiable. Par exemple, dans la phrase ci-dessous, le et sa sont des déterminants définis. La phrase parle d’un livre et d’une soeur spécifiques que les locuteurs peuvent identifier.

Il prend le livre de sa soeur et commence à lire.

Par contre, la phrase suivante contient des déterminants indéfinis : un, quelques, du, et une. Ces déterminants introduisent des noms qui ne sont pas spécifiques.

Il porte un plateau avec quelques tasses, du sucre et une cafetière.

Une fois qu’une entité est introduite dans un discours, typiquement à l’aide d’un déterminant indéfini, il devient identifiable. La prochaine fois que l’on en parle, on peut donc généralement utiliser un déterminant défini :

C’est un livre de rédemption. Ce livre a été très bien traduit.

En introduisant quelque chose, on peut quand même utiliser un déterminant défini si la chose est spécifique ou identifiable autrement, par exemple si c’est observé dans la situation (ce gâteau, en montrant par le doigt), si c’est identifié par le contexte de la phrase (les chaussures de Sophie, les chaussures que je t’ai données hier), ou si on parle de manière générale (le riz est bon pour la santé).

Les déterminants définis

Il y a trois sortes de déterminants qui modifient un nom défini. L’article défini (le) fournit un sens défini sans autre modification du nom. Les déterminants possessifs (mon, ton, son, notre, votre, leur) expriment en plus que le nom est possédé. Le déterminant démonstratif (ce) indique que le référent du nom est identifiable parce que c’est observé dans la situation ou vient d’être mentionné.

l’article défini

L’article défini (le) fait l’accord en genre et en nombre avec le nom qu’il modifie :

Le et la deviennent tous les deux l’ lorsqu’ils précèdent un nom commençant par une voyelle ou un h muet : l’université, l’hôpital. C’est ce qu’on appelle l’élision.

Contrairement à le et la, les n’a pas de forme contractée et réduite. Lorsque les est suivi d’un mot commençant par une voyelle ou un h muet, le s final normalement silencieux de les est prononcé, produisant un son /z/. Ce son supplémentaire reliant deux mots est appelé liaison.

Notez que l’élision et la liaison apparaissent avec la plupart des mots commençant par h : l’homme, les_(z)_hommes, l’hiver, les_(z)_hivers. Les exceptions à cette règle sont les mots commençant par un h aspiré : le haricot, les haricots, le héros, les héros.

Élision Liaison Pas d’élision/liaison devant une consonne
l’animal les animaux le chat, les chats
l’hôtel (h muet) les hôtels (h muet) la harpe, les harpes (h aspiré)
🛈 Information : Le h aspiré, comme le h muet, n’est pas prononcé. Mais le h aspiré bloque l’élision et la liaison alors que le h muet les permet. En général, les mots venus du latin ont un h muet alors que ceux empruntés du vieux-francique, une ancienne langue germanique, ont un h aspiré. Cette différence est dûe au fait que le h des mots empruntés du vieux-francique était prononcé jusqu’au 17e siècle (ou même plus tard dans certains dialectes). La consonne n’est plus prononcée aujourd’hui, mais ses effets sur la liaison et l’élision ont duré.

L’article défini est utilisé dans les contextes suivants :

Le matériel pour les exercices n’était pas forcément très adapté.
Les enfants ont de plus en plus tôt un smartphone.

L’argent et le pouvoir ne nous survivent pas.
J’ adore les cacahuètes.

C’est marrant que t’aimes pas le foot.

Son caractère lui fait préférer les moyens pacifiques à la violence.
Allez-y tôt le matin ou tard le soir.

Il allait à la messe le samedi soir car il ne pouvait pas y aller le dimanche.

L’été, on mange dehors, sous les arbres.
Le président Obama ne manque pas d’exploiter les divisions de l’opposition.
🛈 Information : Si on s’adresse directement à quelqu’un par un titre, il n’y a pas d’article devant le titre : Très heureuse d’avoir fait votre connaissance, docteur Russel, et merci de m’avoir accordé ces quelques minutes.
Il débutera le 5 juillet.
Chez un professionnel, ça coûte entre 20 et 45 euros la séance.

Cela coûte 42 euros le mètre carré.
Simon lui jeta un regard sombre, alors il ferma la bouche et baissa les yeux.

Elle met sa tête en arrière et se masse les yeux.

Notez que le déterminant possessif peut aussi être utilisé avec les parties du corps (Elle met sa tête en arrière). L’article défini est obligatoire seulement si le possesseur est déjà indiqué par un pronom précédent (elle se masse les yeux; elle lui lave la main).

Par contre, un déterminant indéfini est utilisé si la partie du corps est modifié par un adjectif qui précède le nom. Dans la phrase suivante, un énorme nez veut simplement dire que le nez du patient est énorme, alors que l’énorme nez voudrait dire qu’il y a un énorme nez spécifique qui a déjà été introduit.

Un patient entre avec un énorme nez et d’immenses oreilles.
🛈 Information : L’article est généralement répété dans une série de noms, contrairement à l’anglais. Par exemple: Il enregistre les appels, les e-mails, et les SMS.

Omission de l’article

Les noms de personnes n’ont pas d’article, sauf pour désigner une famille ou pour parler des personnes avec un certain nom sans parler d’une personne en particulier.

Antoinette et Juliette sont assises et prennent des notes.

Pour avoir ma fête, mon jour comme les Catherine ou les Julie !

Les villes n’exigent généralement pas d’article en français.

Il quitta Berlin comme il avait quitté Paris.

Les continents, les pays, les états, les régions et les océans nécessitent généralement un article (l’Afrique, la France, le Texas, la Bourgogne, l’Atlantique etc.), mais il existe quelques exceptions : Haïti, Israël, Madagascar, etc. (voir Prépositions)

Les mois ne nécessitent jamais d’article.

Or les budgets municipaux ne sont pas votés avant février ou mars.

Les jours de la semaine ne nécessitent pas d’article dans les cas où ils n’indiquent pas une récurrence habituelle.

Je vous rappelle que je serai à Paris de mercredi à samedi.

Les langues ne nécessitent pas d’article après le verbe parler.

Il parle français comme vous et moi.

les déterminants possessifs

Les déterminants possessifs indiquent la possession.

Devant ta beauté, ma vie prend enfin son sens.

Ils s’accordent en genre et en nombre avec le nom qu’ils déterminent.

Masculin singulier Féminin singulier Pluriel Traduction
mon ma mes my
ton ta tes your (familier et singulier)
son sa ses his, her, their (singulier), its
notre notre nos our
votre votre vos your (formel ou pluriel)
leur leur leurs their (pluriel)

Les déterminants possessifs doivent s’accorder avec le nom qu’ils modifient. Dans l’exemple suivant, le nom féminin femme requiert une forme féminine – sa – alors que le nom masculin fauteuil requiert la forme masculine son. La traduction en anglais dépend du contexte. Étant donné que la phrase fait référence à Pierre, nous savons que sa signifie « his ». Cependant, le possesseur du fauteuil est ambigu, donc ce n’est pas clair si son se traduirait par his ou par her.

Pierre installe sa femme dans son fauteuil.

N’oubliez pas de faire la liaison entre les formes plurielles des déterminants possessifs et les mots commençant par une voyelle (mes amis). Ma, ta, sa deviennent mon, ton, son devant des noms féminins commençant par une voyelle pour éviter le hiatus de deux voyelles.

Tu es vraiment mon amie, toi.

On peut connecter son ampoule à sa tablette ou à son téléphone.

Les déterminants possessifs ne sont qu’un moyen d’exprimer la possession. D’autres expressions de possession incluent :

Donne-moi la main et pose tes pieds exactement où je pose les miens.
C’est arrivé à une amie à moi.
La maison de Jean était très jolie.

le déterminant démonstratif

Le déterminant démonstratif ce (traduit par ‘this/that/these/those’) est utilisé pour un nom défini qui est observé dans la situation ou qui vient d’être mentionné. Il s’accorde en nombre et en genre avec le nom qu’il introduit.

Notez que la liaison est obligatoire entre ces et les mots commençant par une voyelle ou un h muet.

Souvent, le déterminant démonstratif désigne quelque chose que l’on peut voir ou montrer :

Tu peux jeter cette perruque et ces lunettes.

Le déterminant démonstratif peut aussi rappeler une chose ou une idée qui a été récemment mentionnée dans le discours.

Pour autant, cette question n’a pas à intervenir dans ce projet de loi.

-ci et -là

Les déterminants démonstratifs peuvent désigner quelque chose de proche ou de lointain : pour distinguer deux éléments ou plus, on peut ajouter les suffixes -ci ou -là au déterminant démonstratif. Le suffixe -ci indique que l’élément est relativement proche du locuteur ; -là suggère que quelque chose est plus loin.

Mais qui peut bien nous appeler à cette heure-ci ?

Je danse entre ces deux choses-là.

Les déterminants indéfinis

Les déterminants indéfinis sont principalement les articles un (une, des, de), et du (de la, de l’). Les numéraux cardinaux (deux, cinq, cent) et des mots comme plusieurs, divers, quelques, et certains fonctionnent très souvent comme des déterminants indéfinis, mais sont techniquement des adjectifs.

les articles indéfinis

Les articles indéfinies indiquent simplement que le nom modifié n’est pas identifiable. Le choix d’article dépend de si le nom est comptable ou massif (voir Noms).

noms comptables

Si le nom est comptable, on utilise l’article indéfini un, qui s’accorde en genre et en nombre avec le nom.

C’est un cadeau pour une amie.

Vous seriez mieux dans une chambre, une belle chambre, avec des rideaux.

Si le mot est modifié par un adjectif qui le précède, des devient généralement de (d’ devant une voyelle). Si l’adjectif vient après le nom, des ne change pas.

Il a laissé aussi de nombreux sermons.

Oui, il y a de belles pièces.

On lui fait faire des examens médicaux sans arrêt.

noms massifs

Si le nom est massif (indénombrable), on utilise l’article indéfini du (souvent appelé l’article partitif), qui s’accorde en genre avec le nom et fait l’élision devant une voyelle.

Nous avons, tous ensemble, du travail à faire.

Je fais cuire cela dans de l’huile avec du thym et de l’ail .

Il y a de la glace et de la neige partout.

Rappelez-vous qu’un nom qui est typiquement comptable peut souvent être conçu en termes massifs, et vice versa. Ainsi, le même nom peut être introduit par un article défini ou par l’un ou l’autre des articles indéfinis. Comparez ces exemples :

Ici, le vin est encore un produit de luxe.

On fait du vin ici depuis le XVIIIe siècle.

Le champagne est un vin relativement cher par rapport à tous les autres.

Dans le premier exemple ci-dessus, le vin fait référence à la catégorie générale. Dans le deuxième exemple, du vin fait référence au vin comme une substance massive et non-comptable. Dans le troisième exemple, un vin fait référence à un type de vin parmi d’autres, qui est donc comptable.

‘de’ après le négatif

Quand le nom est le complément d’un verbe mis au négatif, les articles indéfinis sont typiquement remplacés par la préposition de (d’ devant une voyelle) :

Il n’y a pas de danger imminent.

Je mange du poisson, mais pas de viande animale.

Cependant, à la suite du verbe être, les articles indéfinis restent inchangés :

La défaite n’est pas une option.

Ce ne sont pas des principes cohérents à mes yeux.

L’article peut aussi rester pour souligner le nom positif contrasté. Par exemple :

On a des adversaires mais pas des ennemis.

‘de’ après une expression de quantité

Les expressions de quantité incluent des noms (un kilo, un tas, une bouteille, etc.) ainsi que des adverbes (trop, assez, beaucoup, plein, etc.). Ces expressions peuvent prendre comme complément un nom indiquant la chose quantifiée. Dans ce cas, le nom est marqué par la préposition de :

Si le nom de chose dans cette construction a un déterminant défini, le déterminant garde sa place après la préposition de. La préposition de est amalgamée avec l’article défini pour faire les formes du (de + le) et des (de + les). (Ne confondez pas ces formes amalgamées avec les articles indéfinis du et des.)

Chez Lucie, j’ai trouvé une bouteille de cette fameuse absinthe !

Beaucoup de mes étudiants sont chrétiens ou juifs.

C’est un petit morceau du mur de Berlin.

Beaucoup des textes suivants sont des textes classiques, souvent donnés au bac.

Par contre, si le nom de chose dans cette construction a un déterminant indéfini, la préposition de remplace le déterminant.

Il faut 10kg de protéines végétales pour faire un kilo de viande.

Tu as fait assez de bêtises pour ce soir.

Il y a beaucoup d’argent à gagner.

Il faut une douzaine de jours pour y arriver.

Voici une liste d’expressions de quantité courantes :

adjectifs introduisant un nom indéfini

Certains adjectifs peuvent introduire un nom pluriel avec ou sans l’aide d’un déterminant. Quand il n’y a pas de déterminant défini devant l’adjectif, le nom est indéfini.

Il le lui a dit à plusieurs reprises.

Chez Elisabeth et Saïd, il avait rencontré, lors de ses plusieurs visites, d’autres personnes dont un couple qui l’entraîna pour cinq jours de tourisme près de Foix.

Différents sujets me préoccupent en ce moment, vous le savez bien.

Les différents conseillers régionaux vont discuter entre eux.

Voici des adjectifs courants qui peuvent introduire un nom indéfini pluriel : plusieurs, différents, divers, quelques, certains, maints

Les adjectifs pareille, maint, tel, et semblable peuvent introduire un nom indéfini singulier sans déterminant, mais cette construction est typiquement limitée à un registre très formel.

Trouver le sommeil avec pareille idée en tête est impossible.

Mais l’archéologie apporte mainte donnée remarquable.

Ils ne voudront plus passer devant tel magasin.

On ne décèle pas l’alacrité, voire la ferveur, que semblable initiative démocratique mériterait.

numéraux cardinaux

Les numéraux cardinaux (deux, six, cent, etc.) sont aussi des adjectifs qui peuvent introduire un nom avec ou sans déterminant.

Trois personnes dont deux policiers ont été légèrement blessées.

Nos quatre mille militaires déployés au Mali y mènent une action exemplaire.

Même si la série a été conçue comme un film, les six épisodes peuvent se regarder séparément.

Pour les numéraux 21, 31, 41, 51, 61 et 71, le mot et sépare le multiple de 10 de la fin du numéral : vingt-et-un, cinquante-et-un, soixante-et-onze (mais quatre-vingt-un, quatre-vingt-onze).

🌍 Variation : En France, les numéraux 70, 80, et 90 suivent le système vigésimal hérité des Gaulois : soixante-dix, quatre-vingts, quatre-vingt-dix. En Belgique, 70 et 90 sont remplacés par septante et nonante. En Suisse, 80 est remplacé aussi, par huitante. En dehors de l’Europe, les pays francophones suivent généralement le système de leur pays colonisateur : soixante-dix au Québec et en Algérie, anciennes colonies françaises, mais septante au Congo-Kinshasa, ancienne colonie belge.

Un tiret lie les parties des numéraux composés en-dessous de cent (cinquante-sept). Le tiret est variable au-dessus de cent (trois mille deux cent trente-et-un, trois-mille-deux-cent-trente-et-un).

La forme des numéraux cardinaux est invariable (quatre femmes, deux mille oiseaux), à l’exception de un qui s’accorde en genre avec le nom (trente-et-une étudiantes) et vingt et cent qui prennent un s au pluriel si c’est un multiple exact (quatre-vingts, cinq-cents, mais quatre-vingt-trois, cinq-cent-soixante).

Les nombres 100 et 1 000 sont représentés par les mots cent et mille, sans un (cent hommes, mille hommes). Les mots million et milliard sont des noms nécessitant un déterminant (un million d’hommes, un milliard d’hommes).

🛈 Information : Le f de neuf se prononce comme /v/ en laison avec ans, autres, heures, et hommes (et comme /f/ ailleurs) : neuf ans [nø vɑ̃], neuf amis [nø fami]

Les consonnes finales de cinq, six, huit, et dix peuvent ne pas être prononcées devant un mot commençant par une consonne : six livres [si livʁ] ou [sis livʁ].

Il n’y a pas de liaison à l’intérieur des noms composés : deux-cent-onze [dø sɑ̃ ɔ̃z]

En chiffres, un espace regroupe les grands nombres par ordre de mille (mille-sept-cent : 1 700). Une virgule sépare la partie décimale (trois quarts : 0,75). La monnaie est indiquée généralement après le chiffre (300 EUR, 300 €, 2,50 €), mais il n’est pas rare de voir un symbole de monnaie séparateur de la partie décimale (2€50).

Vérifiez votre compréhension

End-of-Chapter Survey

: How would you rate the overall quality of this chapter?
  1. Very Low Quality
  2. Low Quality
  3. Moderate Quality
  4. High Quality
  5. Very High Quality
Comments will be automatically submitted when you navigate away from the page.
Like this? Endorse it!